Navalisation

De JFCM
Aller à : navigation, rechercher


La navalisation, ou "naval attitude", est la propension de la société humaine à adopter des modes de comportements virtuellement similaires à ceux de la conduite (gouvernance) des navires, et de la navigation générale, en tant qu'unités "cybernétiquement" autonomes.

Platon utilisait le terme « κυβερνητική » (grec kubernêtikê, de kubernân, gouverner) pour désigner le pilotage d’un navire. Les termes « gouverne », « gouvernail », « gouvernement » ou encore « gouverneur » partagent cette étymologie commune avec le terme « cybernétique ».

Le terme « cybernétique » apparaît en 1834 dans la classification des sciences proposée par André-Marie Ampère (physicien et fondateur de l'électrodynamique 1775-1836) et désigne « la science du gouvernement des hommes ». Wiener l'a repris pour en nommer la régulation rétroactive mécanique et informatique. Répondant à la question du "comment cela se passe" de Leibnitz à Newton, Varella a mis en lumière l'énaction (action interne) entre les actions et réactions externes sur et d'un objet au milieu de la "mer" de leurs multitudes.

Exprimée, dès l'abord, par le néologisme "navigateur" [1], cette perception assimile l'attitude des "cybernautes" à celle des maîtres de passerelle de leurs navires virtuels et de leurs batteries d'applications. Nombre des images, analogies, concepts, architectures, etc. repris pour le cyberespace et sa gouvernance, relèvent de l'imagerie, de l'architectonique des navires, de leur conduite (ex. la webmestrance), qu'ils soient de mer ou de l'espace, et de la fortification de leurs bases.

____
  1. Un navigateur est un logiciel qui permet de parcourir un site web.