Blik

De JFCM
Aller à : navigation, rechercher


Le professeur Christophe Roche nous enseigne pertinemment qu'avant de pouvoir parler d'un domaine qui nous est nouveau il nous faut nous accorder sur une ontologie terminologique à son sujet. Je me suis dit qu'une telle ontologie serait l'encannetage d'une discipline pétillante et que son résultat serait un "blik[1]" de sapience perférentielle, c'est-à-dire en perpétuelle mise à jour et épiable à tout moement.

J'avais en effet retrouvé dans Cicéron la notion, introductrice du post-shannonien, de "perférendum" ; pour rendre compte de l'avatar du document, signé-figé, sous les atours nouveaux du numérique, il fallait qu'il s'accommode des "perférents" du temps présent. C'est à dire, non plus le texte qu'envoie entropiquement l'auteur, mais celui que reçoit et maintient néguentropiquement les services étendus du réseau, du/des lecteur(s) et le(s) lecteur(s) lui/eux-même(s).

Sachant d'expérience, que "tout est lié" au sein de l'interligence de la réalité de l'agora des réels, cette cannette de savoirs en perpetuel débat ne pourrait être qu'une liasse de perférents, affublée de tous les services étendus glocaux dont elle aurait besoin.

C'est le concept du blik de perférents.

____
  1. "coup d'oeil", mais aussi "cannette" en langues germaniques.